Gaspésie

 

15 octobre 2012 - 21 octobre 2012

Nous commençons notre périple gaspésien par une halte dans un petit village appelé Saint-Pascal. Ce n'était pas vraiment sur la route, mais Pascal a insisté pour faire le détour pour montrer qu'il existe aussi d'autre saints que celui d'Irénée Complice...

A Rivière-du-Loup, nous découvrons pour la première fois "la brûlerie". Il s'agit d'un petit troquet qui torréfie artisanalement son propre café. On y trouve probablement les meilleurs cafés de tout le Québec, loin de ces breuvages fadasses et hyper sucrés proposés dans les Tim Hortons ou les dépanneurs. L'ambiance y est apaisante et ce genre d'établissement offre toujours le WIFI gratuitement. Un havre de paix qui mêle délicatement technologie et exhalaisons caféinées Cool.

Nous passons ensuite par Rimouski, où les oies des neiges nous accueillent au couché du soleil. Fantastique spectacle, elles arrivent par centaines dans un vacarme assourdissant. Celles-ci, aussi appelées "oies blanches", se préparent à migrer, non pas pour fuir l'arrivée du froid comme beaucoup de gens pourraient le penser, mais parce que la nourriture se fait rare.




Notre voiture nous transporte jusqu'à Ste-Anne-Des-Monts et nous dépose à l'auberge festive Sea-Shack. Un petit chalet à quelques mètres de l'eau nous attend. Un joli couché de soleil, un bon souper sur fond de musique hippie, nous nous endormons avec le bruit des vagues... Merci Sabrina Sourire.



Finalement, nous découvrons le parc national de Forillon. Nous nous y promenons durant deux jours avec la ferme intention de traquer l'ours. Plusieurs personnes nous ont assurés que c'était l'endroit le plus réputé pour en débusquer un. Malheureusement, notre chasse s'est avérée infructueuse. En contrepartie, nous avons rencontré des porcs-épics nonchalants, observé des petits rorquals dans une eau placide, fait un bout de chemin avec des perdrix. Pascal a également tenté une approche furtive de trois bernaches pour les photographier, mais elles ont détalé quand elles ont aperçu ce grand prédateur... Ces deux journées nous ont également montré que le climat de la Gaspésie peut changer à une vitesse incroyable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Nous continuons notre tour de la Gaspésie après en avoir pris plein les mirettes...

 

 

 Pour plus de photos, allez voir ici